• Il y a 9 mois
  • Simon STEPHAN

Les sondages le montrent recruter reste aujourd’hui malgré le chômage, un problème pour les PME et les ETI. Quelle que soit l’époque, la recherche d’emploi est toujours une question de réseau. La différence aujourd’hui c’est que ces réseaux passent par le numérique. LinkedIn, Viadeo, Twitter mais aussi Facebook, sont les nouveaux outils pour la recherche des talents à recruter. C’est une base de données externe qui est mise à jour régulièrement par chaque utilisateur eux-mêmes.

Les recherches et les offres d'emploi ne se font plus uniquement par l’intermédiaire des organismes d’emploi en déposant des offres ou des CV mais aussi grâce aux clics sur les réseaux sociaux. C’est un moyen qui est de plus en plus utilisé par les recruteurs et les candidats. On ne parle pas uniquement des postes de managers. Bien que le phénomène concerne surtout les cadres et les start-up, les opérationnels tels que les techniciens, les ouvriers, les chauffeurs... mais aussi les commerciaux pour lesquels les entreprises ont aujourd’hui du mal à recruter, utilisent aussi de plus en plus les réseaux sociaux. Pôle emploi a d’ailleurs développé l'application "B.A.-BA Réseaux Pro", proposée sur sa plateforme numérique Emploi Store pour initier les chômeurs aux codes d'internet. Son objectif est de prémunir les demandeurs d'emploi de tout "faux pas" virtuel.

« Les réseaux sociaux, dont l'utilisation est balbutiante dans les petites entreprises, sont déjà pleinement intégrés dans les stratégies de recrutement des ETI », explique l'étude de bpifrance citée par Les Echos (source)

Pour autant, ils ne remplacent pas les organismes qui ont en charge les demandes d’emploi, ils les complètent en permettant une visibilité pour l’entreprise qui recrute.

Mais attention, le recruteur représente son entreprise sur les réseaux sociaux. Une page entreprise sans information à jour ni lien vers le site internet, un message auquel on ne répond pas, un profil incomplet, un site internet non responsive (c’est à dire non compatible avec les mobile, smartphone et tablette),… sont autant de maladresses qui vont desservir l’image de l’entreprise.

Il y a des avantages à utiliser les réseaux sociaux en matière d’emploi tant pour les candidats que pour les recruteurs.

Pour les candidats, cela diminue les étapes par rapport aux candidatures classiques, ils peuvent envoyer directement CV et lettre de candidature par mail aux recruteurs. De plus, l’utilisation de la fonction “alerte” leur garantit une information immédiate des offres d'emploi des entreprises, des sites de recrutement ou des réseaux sociaux.

Aujourd’hui, selon l'enquête emploi réalisée en continu auprès des ménages par l’INSEE, 31% des chômeurs utilisent les réseaux sociaux pour trouver un emploi (25% des plus de 50 ans, 32% des 25-49 ans et 36% des 15-24 ans).

Pour les recruteurs, les réseaux sociaux leur permettent de repérer les profils correspondant à leurs attentes qu’ils peuvent contacter directement en utilisant la fonction “push-mail”. Ils recueillent ainsi des candidatures plus qualitatives. Par ailleurs, les actualités fournies en temps réel par les contacts de l’entreprise ou des candidats sont des données précieuses pour suivre les évolutions et les tendances du marché, des métiers et des secteurs.

Les réseaux sociaux font donc désormais partie intégrante de la communication de beaucoup d'entreprises mais aussi de candidats à l'embauche qui sont d’ailleurs de plus en plus attentifs à leur "e-réputation".